On parle de nous

ouest france – 20/03/2019

L’Institut catholique de Rennes (ICR), au campus de Ker Lann, accueille du 21 au 23 mars un colloque international, le second du genre, dédié aux apparitions de la Vierge Marie et à leurs déclinaisons cultuelles mais aussi littéraires et artistiques.

3 questions à…

Jean-Louis Benoit , maître de conférences émérite, et coordinateur du colloque.

Pourquoi organiser un colloque spécifiquement dédié aux miracles de Notre-Dame ?

J’ai beaucoup travaillé sur la littérature mariale et avais lancé un premier colloque en 2013, à Lorient, sur le thème de la Vierge Marie. Et ce colloque international au campus de Ker Lann s’inscrit dans le prolongement d’un colloque organisé en 2017 en Irlande. Outre la dimension religieuse, les miracles de Notre-Dame sont un genre littéraire né au XIIe siècle en Angleterre anglo-normande qui a eu beaucoup de succès. L’objectif était de transmettre les vérités de la foi au public lettré et aux illiterati (ceux qui ne connaissent pas le latin) et d’encourager le culte marial. Des écrivains ont marqué leur temps dans le genre : Adgar, Gautier de Coinci, Berceo… À partir du XIVe siècle, ce genre va disparaître mais les miracles de Notre-Dame vont toujours inspirer la foi, la culture, la politique.

Les auteurs s’inscrivent-ils tous dans une démarche de foi ?

Non, ils ne sont pas tous forcément des croyants. par exemple, Émile Zola a écrit un roman dédié à Lourdes où il s’était rendu une quinzaine de jours. Il était anticlérical, mais avait dit qu’il se convertirait s’il était témoin de miracles. Ce qu’il n’a pas fait.

Le colloque s’étale sur trois journées, avec de nombreux intervenants. La matière est si riche ?Nous accueillons en effet 34 chercheurs, 31 contributions sont inscrites au programme. Tous sont des professeurs et chercheurs qui viennent de différentes universités françaises, d’Amérique du Nord et de plusieurs pays européens. Le colloque en Irlande, il y a deux ans, avait notamment été lancé par des chercheurs de l’université d’Uppsala (Suède). Un site internet spécifique regroupe tous les travaux sur le sujet. Une matière très riche, car les apparitions de Notre-Dame dans le monde sont innombrables.

Jeudi 21, de 14 h à 19 h, et vendredi 22 et samedi 23 mars, de 9 h à 18 h , à l’institut catholique de Rennes, rue Blaise Pascal, campus de Ker Lann, à Bruz. Entrée libre. Renseignements : www.icrennes.org

https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/pres-de-rennes-34-chercheurs-se-penchent-sur-les-miracles-de-notre-dame-6271948

 

OUEST FRANCE – 05/03/2019

La semaine passée, L’Institut Catholique de Rennes a proposé aux lycéens de s’immerger au sein de son école dans le cadre de leur orientation.

Depuis plusieurs années, l’Institut Catholique de Rennes (ICR) basé sur le campus de Ker-lann à Bruz propose deux fois par an aux vacances de la Toussaint et d’hiver aux lycéens qui recherchent leur orientation future de participer à l’opération « fac ouverte » : ceux-ci vivent le quotidien d’un étudiant de l’école, cours, travaux dirigés, restaurant universitaire ainsi que les activités extrascolaires comme les associations étudiantes ou encore la vie étudiante. Il était possible de réserver des chambres étudiantes sur le campus pendant l’expérience.

Les cours proposés concernent principalement la première année mais il y a quand même d’autres matières proposées au niveau de la deuxième ou troisième année.

165 lycéens et 140 étudiants

Ce sont près de 165 lycéens intéressés en amont et plus de 140 étudiants participants, ils constituent un record pour lequel se félicite Olivier Dupourqué, le directeur qui juge cette expérience comme fondamentale avec la multiplication des informations dans tous les domaines : « Là, les lycéens sont sur place, ils voient et se font leur propre idée ».

Évelyne Muller, responsable de la communication appuie : « C’est entre 60 et 70 % des personnes venues en immersion qui intègrent l’ICR ».

Des étudiants de l’ICR acceptent de représenter l’école en tant qu’ambassadeur auprès des lycéens. C’est le cas de Noémie, étudiante en première année de licence de droit qui pour la première journée de son amie Eva, lycéenne en terminale ES au Rheu l’accompagne tout au long de la journée.

Premier cours de la matinée, ce mercredi, le droit. C’est près de 90 étudiants sur la semaine qui se sont inscrits en droit, signe de l’intérêt que porte cette licence pour les générations futures.

Eva a connu cette opération lors des portes ouvertes de l’Institut Catholique de Rennes : « Je suis venu pour voir, le droit est une des idées de mon orientation future » explique-t-elle avant le début du cours, qu’elle appréhende sereinement.

Pour Marcus, venu spécialement de Normandie pour expérimenter l’ICR rencontré sur le salon de l’étudiant à Caen, voir par lui-même permet de se rendre compte que le post-bac n’est pas si désencadré que ce qu’il pouvait penser : « Ce que je retiens, c’est l’encadrement, le fait de faire l’appel, le bon accueil et que les cours dictés soient au rythme de l’étudiant me rassure ».

Les professeurs sont aussi présents pour échanger avec les futurs étudiants : « On essaie de les rassurer de notre côté », exprime l’un d’entre eux.

 https://www.ouest-france.fr/bretagne/bruz-35170/l-icr-les-lyceens-experimentent-la-fac-6227883

OUEST FRANCE – 11/02/2018

Témoignage d’un jeune Lavallois de l’ICR en stage en Irak

Paul Chapuis a passé trois mois à Erbil, capitale du Kurdistan, au nord de l’Irak, en mission humanitaire. Il raconte comme son voyage l’a changé. Il est revenu plus mûr et plus ouvert.

Paul Chapuis, jeune Lavallois de 21 ans, est en troisième année de licence d’Histoire sciences politiques à l’Institut catholique de Rennes. Dans le cadre d’un stage, il est parti en Irak l’été dernier en tant que volontaire au sein de l’association française SOS Chrétiens d’Orient.

« J’ai choisi de partir au Moyen-Orient, car c’est une région culturellement riche, confie Paul. Je suis parti serein et sans aucun a priori. Puis j’avais pleinement confiance en l’association. Elle est aussi présente en Syrie, Jordanie, au Liban et en Égypte. Mes parents avaient plus d’appréhension que moi. »

« Chaque famille nous raconte des choses effroyables »

Sur place, il passe cinq jours à Erbil, capitale du Kurdistan irakien, au nord de l’Irak. 80 000 personnes s’y sont réfugiées à l’été 2014, dans le quartier d’Ankawa. « Le contraste est violent. Chaque famille nous raconte des choses effroyables… Observe Paul. Et malheureusement, c’est toujours la même histoire. On les écoute, on prend connaissance de leurs besoins et on revient avec de la nourriture et de l’électroménager. On anime aussi des temps d’activités avec les enfants yézidis, peuple que Daesh a voulu éradiquer. »

Des liens forts se créent

L’association lui confie le management des 25 volontaires du camp. « J’étais secrétaire générale de la mission en Irak. J’ai beaucoup aimé ce poste. J’ai eu le sentiment d’avoir une responsabilité, d’apporter réellement de moi-même. »

Aidé d’un traducteur, il doit, entre autres, remettre en état une cinquantaine de maisons à Qaraqosh, gérer le financement, le suivi des travaux et la visite aux familles qui se réinstallent. Sa mission est un succès, et les retours sur son travail, élogieux. Le contexte n’est pas facile. La guerre n’est pas si loin. Et pourtant, « à aucun moment je ne me suis senti en insécurité, confie Paul. Bien sûr, on restait un peu sur le qui-vive et l’on suivait scrupuleusement les consignes, mais l’association gère bien la situation. »
Ravi de son expérience au sein d’une ONG, le jeune homme a envie de renouveler l’expérience dans le futur. Outre sa progression sur le plan professionnel, ce voyage l’a changé.

Article Ouest France

 

 

OUEST FRANCE – 04/04/2018

Les cinq étudiantes lancent la journée sportive à l'Orange Bleue, pour soutenir la recherche contre le cancer

Les cinq étudiantes lancent la journée sportive à l’Orange Bleue, pour soutenir la recherche contre le cancer.

Solidarités

Mardi matin, sur les machines et les tapis de la salle de sport l’Orange Bleue, située dans la zone de la Gaité, Maïa, Melina, Katelyne, Morgane et Laurene pédalent et courent, avec conviction et dans la bonne humeur.

Les cinq étudiantes sont en deuxième année de l’Institut catholique de Rennes, basé à Ker Lann. « Pour la deuxième année, nous organisons une journée sportive destinée aux étudiants, baptisée Move And’Gage, pour soutenir la recherche contre le cancer, en partenariat avec les médecins chercheurs du centre Eugène-Marquis, dans le cadre de notre projet marketing », explique Maïa Gros.

200 km parcourus

L’objectif pour les trente participants est de parcourir le plus de kilomètres possible, sur un tapis de course ou un vélo, pendant une demi-heure chacun, de 9 h 30 à 16 h 30. Celle ou celui qui en fera le plus remportera un lot. « Chaque kilomètre est sponsorisé par un de nos partenaires : le restaurant Le Forum de Kerlann, le magasin Coudémail de Vitré, notre institut et l’Orange Bleue qui nous accueille », ajoute Maïa.

Les cinq étudiantes ont également organisé une tombola et une vente de gâteaux pour collecter des fonds.

Le Dr Thibault de La Motte Rouge et Océane Bagot, responsable de la communication au centre Eugène-Marquis, ainsi que la professeure de l’Institut Shannon Roussy-Scott ont animé une conférence sur les avancées actuelles de la recherche contre le cancer, devant les étudiants. « Nous sommes tous concernés par cette maladie, dans notre entourage ou directement », soulignent les étudiants.

Ouest France Publié le 13/10/2017 à Saint Jacques- Orgères

 

Ouest France Publié le 12/10/2017 à Bruz

Ouest France Publié le 01/10/2017 à Rennes
Quinze ans de droit à l’institut catholique

Les étudiants de l’Institut catholique de Rennes ont répondu en nombre pour fêter les quinze ans de la licence de droit. Ils ont fait le voyage parfois de l’étranger pour partager une journée avec leurs anciens collègues de promo. | Ouest-France
Nicole Conquer.
L’Institut catholique de Rennes (ICR) a fêté, hier, les quinze ans de la licence de droit. L’occasion pour de nombreux étudiants de se retrouver, avec un plaisir évident.
« Ici, c’est une grande famille », les étudiants anciens et actuels qui se retrouvent dans les locaux de l’Institut catholique de Rennes ont tous cette phrase à la bouche. Ce samedi, ils ont été nombreux à répondre à l’invitation de se rassembler pour fêter les quinze ans de la licence de droit.
Un esprit familial…
Un voyage dans la nuit, au départ de Lyon, pour Aude. « Il était impossible que je ne vienne pas », précise cette jeune juriste. À 32 ans, elle travaille actuellement dans un cabinet d’études de généalogie. Son passage à l’ICR date de 2003. « C’était la deuxième promo de l’école. Nous étions 19 élèves. » L’effectif n’est plus le même aujourd’hui. Les promos accueillent environ 60 étudiants par an.
Le doyen de la faculté, l’enseignant-chercheur Arnaud Ferron gère son école comme une grande famille. « Nous insistons sur le suivi des étudiants. Nous tentons d’être toujours là pour eux ».
Aude le confirme : « C’est un peu le papa de l’école. La formation ici est vraiment à l’échelle humaine. M. Ferron répond toujours au téléphone, même dix ans après. Il est toujours là pour ‘rebooster’ lorsque l’on a des doutes. C’est une écoute ». Arnaud Ferron est même régulièrement invité aux mariages des étudiants. « Il était à mon mariage et j’y tenais », affirme Aude.
L’admiration pour cet homme est générale. Gueldwyn a eu sa licence de Droit en 2014. Il sait que « c’est grâce à cet esprit de discipline et de paternalisme qu’il a aimé ce cursus et acquis de l’autonomie ». Lorsque ce Normand est arrivé à l’ICR après un bac ES, il savait juste qu’il « détestait les maths et qu’il aimait l’Histoire ». La formation l’a fait aimer le droit. À 24 ans, il travaille aujourd’hui dans une entreprise de gestion de patrimoine, à Neuilly-sur-Seine.
Cet esprit de grande famille Noëmie et Anne-Sophie le font vivre avec l’association d’anciens élèves juristes. Noëmie est aujourd’hui à l’école d’avocats, en face de l’ICR, et Anne-Sophie, en plus de son travail de consultante formatrice en droit de la santé, est prof pour le master à l’ICR. Elle a toujours un pied dans la maison. « Aujourd’hui, je connais l’envers du décor. Le côté convivial et familial est toujours là. Peut-être grâce aux valeurs catholiques comme l’entraide, le respect et l’attention à l’autre. »
Dans l’établissement d’enseignement supérieur privé, les étudiants reçoivent des diplômes d’État. Le taux de réussite aux examens affichait 87,2 % en 2016. Il est proposé aux étudiants des cursus de licences de droit, administration économique et sociale, anglais, histoire et lettres, ainsi que des masters de droit et gestion de la santé et d’aménagement et territoire.
ICR campus de Ker Lann, rue Blaise-Pascal, à Bruz.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/ille-et-vilaine/quinze-ans-de-droit-l-institut-catholique-5287779

Eglise catholique en Ille-et-Vilaine

DIOCÈSE DE RENNES, DOL ET SAINT-MALO – 6/12/2016

L’Institut Catholique de Rennes fête les 20 ans de sa faculté d’histoire et renouvelle son opération « Fac ouverte »

L’Institut Catholique de Rennes, situé sur le campus de Ker Lann, a fêté les 20 ans de sa faculté d’histoire.

« Alumni Histoire » : un réseau performant d’anciens

Samedi 17 septembre 2016, près de 80 étudiants, anciens et actuels, et une quinzaine de professeurs se sont retrouvés à l’Institut Catholique de Rennes pour célébrer les 20 ans de la faculté d’histoire de l’ICR. En présence du directeur de l’ICR, Olivier Dupourqué, et du doyen de la faculté d’histoire, Elisabeth Cardon, la fondation il y a 6 mois du réseau d’ancien élèves a été mise en valeur. Un constat : le succès des parcours post-licence est indéniable.

Désormais,  les  anciens  historiens  de  l’ICR  sont  présents  dans  plusieurs  institutions  de  prestige : ministère de la Défense,  préfecture de police et Conseil de Paris, Sénat ou encore l’IGF. Mais cela serait incomplet sans compter les « anciens » devenus professeurs d’histoire-géographie, instituteurs, consultants en influence, et autres diplômés en audiovisuel voire d’écoles de commerce.

Il a été souligné aussi la réussite sans équivoque de Mme Cardon, à la tête de la faculté depuis 17 ans !

Fac et portes ouvertes

Découvrir de l’intérieur l’ICR avant de s’y inscrire ? C’est possible lors de l’opération « fac ouverte » reconduite du 13 au 17 février 2017, en s’inscrivant sur www.icrennes.org. C’est l’occasion pour les lycéens de se familiariser avec l’ambiance de travail, le cadre des études supérieures et les matières qui seraient susceptibles de les intéresser. C’est également une opportunité pour discuter avec les étudiants de leur parcours ou poser des questions aux professeurs.

Les journées portes ouvertes auront lieu le samedi 4 février et samedi 4 mars 2017 (9h-17h).


Forum D’orientation pour nos étudiants de Licence à l’ICR vendredi 2 Décembre 2016….Ouest France était là!

http://endirectdemacommune.ouestfrance.fr/scripts/consult/macommune/doc/doc_detail.asp?email=loicbrz%40free%2Efr&pwd=0xixe14v&offset=10&date=2016-12-05&xtor=EPR-5

 

http://jactiv.ouest-france.fr/campus/ker-lann-etudiants-jouent-comme-harry-potter-54342 24 septembre 2015 rn_5296756_1.jpg25 logo-ouest-franceKer-Lann : le campus participe en force au 4L Trophy 13 février 20154l campus 2 4l campus4l campus5

L’association SOS Chrétiens d’Orient reçoit 1 000 €  12 mars 2015.

« Le département de Droit fête ses 10 ans à l’ICR », 24 septembre 2012.

« Première rentrée pour le nouveau directeur de l’ICR », 5 septembre 2014.

« Une bourse aux livres à l’ICR », 25 septembre 2014.

L’Institut catholique de Rennes encourage les projets étudiants avril 2015